...

Antarctique,
un laboratoire du futur

Une expérience immersive proposée par le
pour le pavillon France de l'exposition universelle

Introduction

L’Antarctique est le continent le plus froid, le plus venteux et l’un des plus arides de la planète. L’absence d’activités humaines font de ce territoire un témoin unique de l’évolution de la planète et de son climat.

© Vincent FAVIER / LGGE / CNRS Photothèque

© Thibaut VERGOZ / IPEV / LGGE / CNRS Photothèque

Les régions polaires sont impactées par les activités humaines, qui entrainent des changements irréversibles à l’échelle planétaire. De la fonte des glaces à la montée du niveau de la mer, en passant par le déclin de la biodiversité aquatique et terrestre, les effets du réchauffement y sont de plus en plus visibles.

Dès 1959, la signature du Traité sur l’Antarctique, renforcé par le Protocole de Madrid en 1991, protège cet environnement au titre de réserve naturelle : le continent est alors devenu une terre non militarisée, consacrée à la science et à la coopération internationale.

« Antarctique, un laboratoire du futur » est une expérience immersive au cœur des recherches de pointe menées en Antarctique et de leurs enjeux. Son objectif? Eveiller la conscience du visiteur en faveur d’une terre où se construit le futur de la planète.

Sollicité pour incarner les sciences au pavillon France de l’exposition universelle à Dubaï 2021 et à l’occasion des 30 ans du Protocole de Madrid, le CNRS souhaite affirmer son engagement dans les recherches aux pôles et leur préservation.

Film réalisé dans le cadre de l'expérience immersive « Antarctique, un laboratoire du futur », proposée par le CNRS au sein du Pavillon France de l’Exposition universelle de Dubaï (octobre 2021 - mars 2022). Production : CNRS Images

Les recherches en Antarctique en image

img © Erwan AMICE / LEMAR / CNRS Photothèque
img © Erwan AMICE / LEMAR / CNRS Photothèque
img © Thibaut VERGOZ / IPEV / LGGE / CNRS Photothèque
img © Thibaut VERGOZ / IPEV / LGGE / CNRS Photothèque

Depuis la signature du Traité sur l’Antarctique, ce continent blanc est soumis à une protection environnementale forte. Seuls les scientifiques sont autorisés à y intervenir et les ressources ne peuvent être exploitées.

L’Antarctique est un territoire unique pour la recherche, une fenêtre exceptionnelle pour observer notre planète en pleine mutation. Les dernières avancées scientifiques indiquent que les pôles ne sont plus seulement les témoins lointains du réchauffement climatique : ils sont également des indicateurs de l’équilibre planétaire entre climat, océans, ressources et biodiversité.

Le CNRS, ses chercheuses et ses chercheurs y mènent des projets de recherches interdisciplinaires ambitieux dans de nombreux domaines : l'histoire et l'évolution du climat, la physique des courants océaniques planétaires, l'astronomie et l'astrophysique, la biogéochimie, et bien sûr l’environnement et l’écologie...

Pour se rendre aux pôles, le CNRS s’appuie sur l’Institut polaire français Paul-Émile Victor (IPEV), qui organise et coordonne toute la logistique indispensable au bon déroulement des missions et des expéditions dans ce milieu extrême.

« Quel contraste avec la surface, là-haut un désert de glace, rude, inhospitalier, monochrome, et ici-bas, des jardins de vie, délicats, luxuriants et colorés. »

Laurent Ballesta, photographe, dans le film « Antarctica, sur les traces de l’empereur »

Le CNRS vous propose d’explorer le laboratoire que constitue l’Antarctique.
Il sera plongé dans une expérience sensorielle, visuelle et auditive scindée en deux parties :
une première immersion subaquatique, sous la banquise, et une seconde expérience en surface.

Découvrir l'expérience

Merveille sous la glace :
une expérience sensorielle, immersive et contemplative

© Erwan AMICE / LEMAR / CNRS Photothèque

La banquise en Antarctique est un milieu fragile représentant 90% de la glace mondiale et joue un rôle essentiel : elle isole les eaux froides et elle maintient des températures basses.

Ce rôle isolant est fondamental pour la conservation de la richesse biologique marine. La fonte des glaces, le réchauffement climatique, l’acidification des océans, la hausse du niveau de la mer, le déclin de la biodiversité… tous ces phénomènes s’interconnectent et l’Antarctique en est probablement le premier témoin.

La première immersion visuelle et sonore place le visiteur dans la peau d’un plongeur de l’extrême, dans une eau à -2°C. Les sons qu’il entend sont construits à partir des véritables sons sous-marins enregistrés par les équipes du CNRS.

Du craquement de la glace aux cris des mammifères marins, c’est tout un milieu en mutation qui est retranscrit dans cette expérience sonore unique.

© Erwan AMICE / LEMAR / CNRS Photothèque

La recherche en terre Antarctique :
terre hostile, terre de recherche

Représentation 3D de la partie "Banquise" de l'expérience immersive

En sortant de l’eau, le visiteur est invité à découvrir la vie des scientifiques en surface dans les bases de recherche de Dumont-d'Urville en Terre Adélie ou de Concordia.

Aux pôles, les scientifiques vivent dans des stations de recherche totalement isolées du monde. A l’extérieur de ces bases, les conditions de vie sont peu favorables. En été, les températures avoisinent les -25°C et peuvent chuter jusqu’à -80°C l’hiver.

Le visiteur est ensuite plongé dans le quotidien des scientifiques : le blanc immaculé le jour, le ciel étoilé et la danse des aurores australes la nuit.

En fin de parcours, place à la découverte des recherches de pointe menées dans ce milieu extrême : le suivi des manchots empereurs ou du déplacement de la glace, l’extraction des carottes glaciaires, témoins du passé climatique, les lâchers de ballons-sondes météorologiques ou encore les observations astronomiques…

© Thibaut VERGOZ / IPEV / LGGE / CNRS Photothèque

Vous souhaitez en savoir plus sur l’Antarctique ? Retrouvez notre dossier thématique sur le site du Journal du CNRS.

Voir le dossier

Découvrez le CNRS

Ce film propose de découvrir le travail de quatre chercheuse et chercheurs parmi les scientifiques de disciplines variées venus mener leur projet de recherche sur le continent Antarctique. Avec l'intevention de Yan Ropert-Coudert (CNRS), Aude Chambodut (Université de Strasbourg), Jean Duprat (CNRS) et Vincent Favier (Observatoire des sciences de l'univers de Grenoble).

L'exposition universelle de Dubaï Du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022

L’Exposition universelle de Dubaï sera le plus grand rendez-vous international de l’année 2021. Première exposition universelle organisée dans la région MEASA (Afrique, Moyen-Orient et Asie du Sud), l’Expo 2020 Dubai met à l'honneur le thème « Connecter les esprits, Construire le futur ».

Pavillon France, © Dany Eid

Pavillon France, © Dany Eid

Réunissant plus de 200 participants d'horizons divers – pays, organisations, entreprises et établissements académiques –, l’Expo 2020 Dubaï prévoit 25 millions de visites.

Depuis toujours, les Expositions Universelles se classent aux cotés des Jeux Olympiques ou de la Coupe du Monde de Football au premier rang des grandes manifestations internationales.

Elles font également partie des évènements les plus anciens, la première étant la Great Exhibition de Londres, au Royaume-Uni en 1851.

Les ambitions de ces expositions ont évolué aujourd'hui vers la coopération internationale et la recherche de solutions aux grands défis de l'humanité.

Pendant six mois, tous les pays du monde seront réunis pour réfléchir, proposer et mettre en œuvre des solutions concrètes au service de l’humanité.

Pavillon France, © Farel Bisotto

L’enjeu du Pavillon pendant l’Exposition universelle de Dubaï est de témoigner de l’engagement de la France dans la construction de demain par le biais des initiatives et des actions politiques, économiques, culturelles et sociales.

Les partenaires, parties prenantes et talents français mis à l’honneur sur le Pavillon France exprimeront leur engagement français pour la construction d’une société durable permettant ainsi à la France de défendre sa vision nouvelle d’un progrès responsable.

La France à l’Exposition universelle de Dubaï entend faire rayonner son savoir-faire sur la scène internationale.

  • 192 pays  participants : une première dans l’histoire de l’exposition

  • 1ère exposition universelle  participants : une première dans l’histoire de l’exposition

  • 4,38 km2  participants : une première dans l’histoire de l’exposition

  • 200 événements  participants : une première dans l’histoire de l’exposition

  • 1 thème :  Connecter les esprits, construire le futur

L’expérience en quelques chiffres

Un parcours de 25 m2 composé de 11 écrans

Représentation 3D de l'expérience immersive

Environ 2 mn d’immersion dans chaque espace

© Erwan AMICE / LEMAR / CNRS Photothèque

Un parcours jour et un parcours nuit

© Pascal ROBERT / OTELo / CNRS Photothèque

Des sons issus des enregistrements en Antarctique

© Erwan AMICE / LEMAR / CNRS Photothèque

Vous souhaitez accueillir l’expérience dans votre structure,
obtenir des informations ou prendre contact avec les organisateurs ?

contactez-nous